L’histoire de Bionnay

l'histoire de bionnay

Le Château de Bionnay dans l’histoire

 

“Il ne reste du Bionnay d’autrefois qu’une tourelle en cul de lampe à l’entrée au midi. Une petite tour découverte à l’extrémité de l’autre aile et la tour d’angle intérieure où se trouve l’escalier qui relie la cuisine aux étages. Le corps de logis central au nord, moins les grandes tours qui sont probablement du XVIIIe siècle, n’a été aménagé que vers 1830 et l’aile du levant est tout à fait de ces derniers temps. L’ancien château est devenu l’habitation actuelle du vigneron.

Bionnay pourtant tout mutilé, tout modernisé qu’il soit a conservé un certain dehors Moyen Age. J’ignore à quelle date remonte ses origines. Je l’ai trouvé nommé pour la première fois dans l’acte par lequel Jeanne de Cussol le donne en 1572 à Jean de Gaspard, Seigneur du Sou, lieutenant général du Beaujolais.“

Voilà ce qu’écrit l’Abbé J. Blanc en 1839, curé de Lacenas qui s’était enquit de rédiger un histoire de la commune.

Bionnay est lié à l’histoire du Beaujolais. De grandes familles s’y sont succédées : les Marzé, les Gaspard, les Thierry Seigneur de Vaux, les Champier (Bailli du Beaujolais vers 1650-1670), les Monspey-Vallières et les Belleroche qui l’acquirent en 1739.

Voilà ce que dit Alexis Noyel, Seigneur de Belleroche, lorsqu’il acquiert au prix de 27 000 lires Bionnay : “arrivé au Château de Bionnay, je jouxte le jardin du Château du côté du matin, on n’ignore pas que les bâtiments sont en très mauvais état, que les Seigneurs de Bionnay n’y ont pas fait leur demeure depuis plus de 80 ans pendant lequel temps la dite terre et ses dépendances ont été en ferme continuellement. Les chambres et salles servent aux fermiers de greniers ou de demeures aux vignerons. Il n’y a point de meuble, aucune porte aux fenêtres et les planchers sont entièrement décarrelés, les murs ont besoin d’être remaillés et celui de la galerie est prêt à tomber dans le jardin.“

Bionnay n’était donc qu’une ruine entièrement à relever… ce que firent les Belleroche.

Dans les conclusions de ce petit historique, l’Abbé J. Blanc note en 1839 que Bionnay a changé huit fois de maîtres depuis 1572.

Bionnay connaîtra encore d’autres propriétaires avec une restauration complète des bâtiments et la création de jardins dans les années 1903-1910.

Bionnay connaîtra encore des périodes fastes… et d’autres qui le seront moins, mais aura eu la chance d’avoir des propriétaires successifs qui l’auront toujours respecté.

Le parc et les jardins moins bien entretenus que les bâtiments auront nécessité un important travail au cours des sept dernières années depuis que la Société des Editions Horticoles de France l’a racheté et en fait son siège social.

Enregistrer